21 maladies touchant les fruitiers du jardin : les signes et les remèdes.

Vous êtes ici :/21 maladies touchant les fruitiers du jardin : les signes et les remèdes.
Dernière mise à jour le 31 juillet 2018

Quand on a un jardin ou un potager, et parfois les deux, on est forcément confronté un jour ou l’autre à certaines maladies qui peuvent toucher plantes, fleurs et plantations légumineuses ou arbres fruitiers. Mildiou, Oïdium, Cloque du pêcher, Chlorose, et beaucoup d’autres encore attaquent les fruitiers mettant en péril la récolte. Alors quelles sont ces maladies ? Comment les reconnaître et quels traitements adopter? Peut-on prévenir ces maladies et comment s’y prendre ?

Les différentes maladies pouvant endommager les arbres fruitiers : comment s’en débarrasser?

La maladie Armillaire couleur de miel

armillaire couleur de mielA l’automne, après une période pluvieuse, de gros bouquets de larges champignons jaunes apparaissent dans l’herbe au pied des arbres ou aux alentours. Malheureusement, pour cette maladie aucun remède n’est réellement efficace pour le moment malgré des essais récents qui laissent entrevoir un espoir avec l’utilisation d’un autre champignon, le Trichoderma harzianum. Il ne vous restera donc qu’à les déloger en cas de propagation.

Source image : http://francois.nagy.free.fr/armil.htm

La maladie Carpocapse sur les fruitiers


Les fruits piqués ont une petite tâche colorée, parfois entourée de gomme notamment chez les prunes. Ils tombent de l’arbre prématurément en masse, et pour ceux qui restent accrochés ils finissent par pourrir. C’est un petit papillon gris qui est à l’origine de la maladie. Il agit d’avril à juin sur deux périodes courtes et pique les fruits. Ses cibles développent dans tous les cas un asticot au cœur du fruit, provoquant la chute de celui-ci. L’asticot migre alors vers l’écorce et une nouvelle génération de papillons se prépare. Pour remédier au problème, il existe des pièges spécifiques dans le commerce. Néanmoins, la méthode la plus efficace est la pose de bandes de carton engluées sur les troncs dès le début du mois d’avril. On peut aussi lâcher des poules au pied de l’arbre pendant quelques jours.

La maladie Cécidomyie des poirettes

cécidomie des poirettes

Cette maladie est causée par un moucheron brun qui pond discrètement en mars et en avril dans les boutons floraux prêts à s’épanouir. Après éclosion, les larves descendent dans l’ovaire. A cause des piqûres, les poirettes apparaissent bosselées ou atrophiées. Si on les ouvre, on découvre des petits asticots blancs. Les fruits parasités noircissent et tombent au sol. Comme remède, il est conseillé de brûler toutes les poirettes anormales et d’entretenir un sol meuble autour des arbres en été. Là aussi, on conseille le lâché de poules au pied de l’arbre.

Source image : http://jauneyris.over-blog.com/article-la-maladie-de-mes-poires-les-cecidomies-72318504.html

Le Chancre, la maladie des arbres à noyau

chancreDes plaies apparaissent sur l’écorce des arbres à noyau. Elles s’accompagnent de grosses gouttes de gomme couleur caramel. Le rameau touché dépérit rapidement. Il est important de vérifier les arbres après un orage ou une pluie de grêle, car la maladie survient souvent à la suite d’une blessure de l’écorce. En cas de dommage, il faut nettoyer la plaie avec une serpette aiguisée jusqu’au bois sain, puis l’enduire d’argile contenant en plus du permanganate de potassium.

Source de l’image : wikipedia

La Cheimatobie une maladie des poiriers, cerisiers et pruniers

Cheimatobie du pommier, cerisier, prunierLà encore, elle est causée par des papillons. Ils grimpent sur les troncs pour pondre à la base des bourgeons. Au printemps, les chenilles dévorent le feuillage des pruniers, des poiriers et des cerisiers. Il faudra donc poser des bandes de carton engluées sur les troncs de mars à fin septembre, en pensant à les renouveler une fois et brûler les anciennes.

Source de l’image : https://www.aujardin.org/

La Chlorose ou jaunisse des framboisiers, poiriers et pêchers

clorose du framboisierOn reconnaît cette maladie par le feuillage qui devient jaune et pâle. Pas de remède efficace pour la Chlorose si ce n’est de la prévenir en évitant de cultiver ces fruitiers dans des sols calcaires.

Source de l’image : http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/hort/news/hortmatt/2013/05hrt13a1.htm

La Cloque du pêcher


Au printemps, les jeunes feuilles se recroquevillent et deviennent épaisses avant de tomber en masse. En cas de Cloque du pêcher, il faut retirer les feuilles malades et pulvériser un mélange d’ortie et de consoude une fois par mois. Il est recommandé de traiter l’arbre à la bouillie bordelaise à la chute des feuilles et en hiver avant le débourrement des bourgeons.

La flavescence dorée des vignes


En fin d’été, les bords des feuilles de vigne se boursouflent et paraissent brûlées sous l’effet des piqûres de la cicadelle. Il faut alors couper toutes les feuilles atteintes et les brûler pour enrayer la contamination.

Les problèmes de floraison stérile

L’arbre fleuri abondamment mais la récolte est éparse ou absente. Cela arrive quand il n’a pas été fécondé par le pollen d’un arbre voisin. Pour éviter cela, il faudrait que les abeilles et bourdons trouvent un intérêt à côtoyer le jardin. Il est donc conseillé de les attirer en plantant un maximum de fleurs à butiner à proximité.

L’Hoplocampe, le mal des poires et pommes


Les petites pommes et poires sont rongées par un asticot blanc. Il faut éliminer les bouquets endommagés et poser des carrés de plastique blancs englués sur les arbres contaminés l’année précédente dès l’apparition des premiers boutons.

L’Hyponomeute, encore une maladie des poiriers et pommiers

Au printemps, de gros cocons apparaissent sur les jeunes pousses ou sur les rameaux. Les chenilles dévorent ensuite les feuilles. Pour remédier à cela, pulvérisez les cocons avec Bacillus thuringiensis.

La maladie Criblée des cerisiers et pruniersmaladie criblée du cerisierEn plein été, le feuillage des cerisiers et pruniers est perforé d’une multitude de petits trous dont les bords sont oranges. Ratissez les feuilles tombées et brûlez-les. Pulvérisez sur les arbres de la Kaolinite et de l’infusion d’ortie jusqu’à la chute des feuilles. Traitez à la bouillie bordelaise après la chute du feuillage.

Source de l’image : http://www.vergers-vivants.fr/spip/spip.php?article190

Le mildiou de la vigne

 


Les feuilles sont comme tâchées d’huile et on voit des moisissures. Retirez toutes les feuilles atteintes et traitez à la bouillie bordelaise avant et après floraison.[/mks_toggle]

La Moniliose des fruitiersmonilioseLes fruits mûrs pourrissent et sont maculés de points blancs formant des tâches. Retirez tous les fruits endommagés puis taillez les rameaux atteints. Traitez généreusement avec un mélange de Kaolinite, de permanganate de potassium, jusqu’à ce que les arbres ruissellent de violet. Après la chute des feuilles traitez à la bouillie bordelaise.

Source de l’image : http://plandejardin-jardinbiologique.com/moniliose-traitement-bio.html

Mouche de la cerise, de l’olivier et du pêcher


On l’appelle mouche de la cerise ou mouche de l’olivier, du pêcher, pourtant c’est un papillon qui est à l’origine de la maladie. Il pond et une larve se développe au centre du fruit, ce qui a pour effet de le faire tomber précocement. Posez sur le tour du tronc une bande de carton engluée dès début avril.

L’Oïdium du groseillier, de la vigne et du pommier

oidiumLe feuillage devient gris, rigide et poudreux. Poudrez ou pulvérisez du souffre chaque mois.

Source de l’image : http://agriculturemoderne.blogspot.com/2015/06/les-maladies-cryptogamique-loidium.html

 

Le puceron Lanigère

puceron LanigèreUn amas floconneux enserre les rameaux, la base du tronc et les jeunes poussent. Cela provoque des chancres puis le dépérissement de l’arbre. En hiver, traitez avec de la paraffine. On peut aussi fabriquer une décoction à l’ail très facilement, qu’il faudra pulvériser sur le feuillage 1 fois par semaine. Pour cela il faut être équipé d’un pulvérisateur à grand contenant ou électrique. Il suffit de broyer 10 gousses d’ail pour un litre de produit et les faire bouillir dans une casserole d’eau couverte. Laissez ensuite refroidir la préparation, filtrez et ajoutez-la dans son contenant. Il faut laisser macérer au moins 24 heures avant d’utiliser le produit. Il ne se conserve pas plus d’une semaine. La décoction à l’ail filtrée peut être diluée dans l’eau d’arrosage également. Ce remède est valable pour tous les types de pucerons.

Source de l’image : http://www.association-schneeberg.fr/arboriculture/nos-articles/98-le-puceron-lanigere.html

Puceron gris, noir, vertpuceron gris du pommierLes jeunes pousses des fruitiers se recroquevilles et leur feuillage devient cloqué. Coupez les pousses endommagées et les brûler. Plantez du fenouil ou des népétas bleus en prévention.

Source de l’image : http://aramel.free.fr/INSECTES10-4′.shtml

La Tavelure, maladie de certains fruitiersTavelure du pommierDes tâches noires criblent la surface des pommes, des poires, des pêches et des coings. Les fruits ne peuvent alors plus être consommés. Retirez les fruits endommagés et détruisez-les. Une fois par mois traitez avec de la bentonite, prêle et consoude en pulvérisation.

Source de l’image : http://profert.dz/Profert/?page_id=8496

La mouche de l’olivier

C’est en réalité la même maladie que la mouche de la cerise, mais pour l’olivier. On peut là aussi utiliser une bande de carton engluée ou bien utiliser une bouteille en plastique que l’on perce et dans laquelle on ajoute une solution de phosphate d’ammonium. Mettez une bouteille en dessous de chaque arbre. Renouvelez l’opération une fois par mois jusqu’au mois de novembre et changez-la si la bouteille est pleine de papillons. Il faudra prévoir entre 120 et 150 g de phosphate d’ammonium par piège. Vous trouverez ce produit facilement chez les vendeurs de produits spécialisés en vinification.

 

La mouche du pêcher

 

La mouche du pêcher pond ses œufs sur les fruits mûrs de préférence et provoque leur chute prématurément. Outre les remèdes cités pour la mouche de l’olivier et de la cerise, vous pouvez aussi fabriquer un piège à mouches vous-même en mettant simplement de la glue sur une plaque de plastique jaune.

Bon à savoir : La maladie de la mouche du pêcher, du cerisier et de l’olivier peut aussi toucher les pommiers et les pruniers.

 

21 maladies touchant les fruitiers du jardin : les signes et les remèdes.
5 (100%) 2 votes

À propos de l'auteur : Lea de Bricolea

Diplômée de l'U.F.R Dijon, j'ai grandi et j'habite toujours à la campagne en Bourgogne. Passionnée de jardinage et de bricolage en tout genre, j'ai la chance d'être une jeune maman au foyer et de pouvoir m'occuper de Bricolea. Je vous partage des comparatifs de produits, mais aussi des articles d'actualités qui je l'espère vous seront utiles.

Partagez un avis ou un commentaire sur cet article
Ou Posez une question