La possession d’un terrain ou d’une parcelle de terre destinée à la culture de fruits et légumes nécessite un entretien spécifique à chaque renouvellement de saison pour préparer au mieux la terre. À cette fin, il est préférable d’utiliser une machine appropriée comme la motobineuse ou le motoculteur (lire notre comparatif ici) qui ont l’avantage de limiter les efforts conséquents qu’exige un tel entretien. Toutefois, chacune de ces machines a des caractéristiques bien différentes et n’est pas employée de la même façon. Il s’agit donc en premier lieu de bien définir ses besoins afin de choisir l’appareil le plus adapté à ces derniers.

Zoom sur les motoculteurs

Plutôt adapté aux surfaces de plus 1000 m, le motoculteur permet de labourer en profondeur de grandes surfaces aisément et en limitant les efforts grâce à sa motorisation.

En effet, le motoculteur est équipé de deux roues motrices ce qui le rend très maniable et assez facile à utiliser grâce à ses diverses commandes. L’une de ces dernières sert au démarrage de l’engin alors que d’autres permettent de régler la vitesse d’avancement qui doit être adaptée au terrain, à la tâche à effectuer, mais aussi à la taille de la zone à couvrir.

Le labourage avec le motoculteur peut s’effectuer à une profondeur importante allant de 20 à 45 cm, mais aussi en couvrant une largeur non moins intéressante variant de 60 à 100 cm selon le nombre de fraises dont dispose l’appareil. Cette efficacité est possible grâce à sa puissance non négligeable de 3 à 11 Kilowatts selon les modèles. L’inconvénient de cette machine est néanmoins son gabarit plutôt imposant. En effet, le motoculteur est un engin assez lourd avec un poids variant de 60 à 100 kg, ce qui explique bien la nécessité de la motorisation pour son déplacement, mais aussi plutôt imposant.

Ce dernier point n’est pas à négliger, car si le terrain est plutôt étroit, le motoculteur pourra difficilement convenir et s’y frayer un chemin. Enfin, la question financière lors d’un tel investissement se pose aussi et le motoculteur affiche un éventail de prix plutôt large, les modèles de base commençant à 600 euros, mais les motoculteurs plus haut de gamme et disposant de plus d’accessoires et de puissance vont voir leurs prix s’envoler à quelques milliers d’euros donc représentent un investissement bien plus conséquent.

Et pourquoi pas la motobineuse ?

En matière de motobineuse, il convient de distinguer deux familles : la motobineuse électrique et la motobineuse thermique.

Si ces deux types de motobineuses offrent des configurations plutôt semblables, elles ont pourtant un usage quelque peu différent. En effet, dans ces deux modèles on retrouvera des avantages similaires comme le poids plutôt léger (5 à 30 kg) permettant de la déplacer aisément, la puissance limitée variant de 300 watts à 2 kilowatts et les performances de labourage avec une profondeur de 10 à 25 cm et une largeur de la surface labourée de 30 à 80 cm.

Au rang des inconvénients, on peut noter que contrairement au motoculteur, la motobineuse a besoin d’être poussée et guidée, car elle ne dispose pas d’une motorisation pour cela, néanmoins son poids limité rend la tâche tout à fait réalisable.

La motobineuse électrique propose également un modèle sur batterie, bien pratique pour s’affranchir du fil électrique et des rallonges, et lorsque le terrain à entretenir est un peu éloigné, elle peut être acquise dès 80 euros. Elle est plutôt adaptée aux terrains de petite taille, inférieure à 100 m² et y sera amplement suffisante.

La motobineuse thermique affiche un tarif un peu plus élevé, il faut compter entre 200 et 400 euros, l’écart se justifiant par les performances qui permettent d’entretenir un terrain de 100 à 500 m².

Motoculteur ou motobineuse : comment choisir ?
5 (100%) 1 vote[s]

A propos de l'auteur

Lea de Bricolea

En réalité je ne m'appelle pas du tout Léa, mais c'est le surnom que les adminstrateurs du site web m'ont donné car ils trouvaient ça cool ! Je suis un personnage fictif afin de préserver la vie privée du rédacteur.

Laisser un commentaire