Quoi de plus désagréable de devoir déneiger autour de votre voiture de bon matin ou de l’aérer après une longue exposition au soleil et à la chaleur ! Si vous n’avez pas de garage et que vous cherchez une solution pas chère pour protéger votre voiture des aléas climatiques : le carport est la solution qu’il vous faut ! Cette structure dotée d’un toit et ouverte sur les côtés permet de garer une voiture afin de la garder à l’abri du soleil, de la neige, de la grêle… Plutôt que vous lancer dans la construction d’un garage, le carport est l’alternative idéale. Voici quelques informations sur l’installation d’un carport.

Le carport : à quoi ça sert ?

Le carport est un abri ouvert, que vous pouvez installer à côté de votre maison ou adossé à celle-ci, afin d’y garer votre voiture. C’est une simple structure légère composée de poteaux et d’un toit et très facile à installer.

Si vous avez quelques notions de bricolage, vous pourrez procéder à la mise en place d’un carport sans difficulté et sans forcément faire appel à un professionnel (artisan, maçon…).

Le carport sert principalement à protéger les voitures des conditions climatiques changeantes (pluie, neige, verglas, forte chaleur, etc.), afin de préserver la peinture, mais également l’habitacle. De plus, le carport sert d’abri, notamment si des arbres se trouvent à proximité avec un risque de chute de branches.

Quelles sont les règlementations à respecter pour fixer un carport au sol ?

Avant d’installer un carport chez vous, sachez que ce type d’installation est soumis à une règlementation :

  • Pour moins de 5 m2 ou pour les structures temporaires en PVC souple, aucune autorisation n’est demandée
  • Si vous souhaitez garer plus d’une voiture, ou y mettre un vélo, un deux-roues ou encore stocker du matériel de jardinage et bricolage, une structure de 5m2 ne suffira pas. Dans ce cas, pour un carport de plus de 5 m2, une autorisation est obligatoire, et vous devrez déposer une déclaration de travaux auprès de la mairie.
  • Pour une surface supérieure à 20m2, il faudra demander un permis de construire.

Il est important de respecter ces réglementations, au risque de faire face à des sanctions : une sanction pénale, avec une amende à payer, des sanctions fiscales ou encore des sanctions administratives. Il vaut mieux donc vous rendre à votre mairie afin d’obtenir toutes les informations sur la règlementation des carports avant d’entreprendre quoi que ce soit. De plus, l’obtention d’autorisations peut prendre jusqu’à 3 mois, il est donc recommandé d’anticiper vos démarches administratives !

Comment fixer un carport au sol ?

Avant de vous lancer dans l’installation de votre carport, il est important de prendre certaines mesures, pour que la structure corresponde bien à vos besoins. Vous devez donc connaître :

  • La surface intérieure : il s’agit de la surface utile, c’est-à-dire la surface nécessaire pour la voiture
  • La surface extérieure « hors-tout » : c’est la surface au sol maximale
  • Les dimensions extérieures hors-tout : tout comme la surface hors-tout, il s’agit de la largeur, hauteur et longueur maximales.

Une fois que vous aurez ces mesures en main, il vous suffira de suivre les étapes d’installation suivantes :

  • Renforcer le sol : l’espace choisi pour installer le carport doit pouvoir supporter les différentes manœuvres de votre véhicule. Il peut donc être utile de renforcer le sol, par exemple en coulant une dalle de béton, ou en réalisant une terrasse en pavés à poser sur un lit de sable.
  • Prévoir les ancrages au sol : le carport est une structure assez légère, c’est pourquoi il est important de l’ancrer solidement au sol, au risque de le voir s’envoler au moindre coup de vent fort ! Les poteaux doivent être enterrés des trous d’au moins 40 cm de profondeur et indépendamment du revêtement de sol, il est conseillé de couler des dés de béton en dessous de chaque poteau. Vous pouvez également goudronner la partie qui est enfouie sous le poteau, ou opter pou un film étanche ou un mélange de sable et de gravier. Les poteaux peuvent également être ancrés dans des supports en acier, eux-mêmes fixés au sol dans une fondation de béton (de préférence de 40 cm x 40xm au minimum).
  • Procéder au montage : assurez-vous que les fondations en béton soient bien sèches avant de passer à l’étape du montage. C’est une manipulation assez simple, qui consiste à assembler tous les éléments ensemble ( il vaut mieux réunir les éléments à plat, au sol, avant de la redresser) : les poteaux associés à une traverse, puis les plaques de toiture peuvent être installés grâce aux traverses. Le toit peut être plat ou incliné, tout dépend du climat de votre zone d’habitation : s’il pleut ou s’il neige fréquemment, optez pour un toit incliné, plus facile à entretenir !

A propos de l'auteur

Lea de Bricolea

En réalité je ne m'appelle pas du tout Léa, mais c'est le surnom que les adminstrateurs du site web m'ont donné car ils trouvaient ça cool ! Je suis un personnage fictif afin de préserver la vie privée du rédacteur.

Laisser un commentaire