Poulailler

Installer un poulailler chez soi : Le mode d’emploi complet

Comment élever des poules chez soi
Lea Noreand
Rédigé par Lea Noreand
Aujourd’hui je vais vous parler de poulailler. Quand j’étais petite, j’avais gagné une poule dans une kermesse en Bourgogne. Avec mon père, nous avions construit un poulailler, très rudimentaire, pour Grisette. Elle pondait un œuf par jour, sauf le dimanche ! Maintenant que je suis maman, je voudrais à mon tour pouvoir offrir de bons œufs frais et bios à mes enfants. Je vous livre toutes mes astuces pour installer un poulailler dans votre jardin.
PS : Je pense que vous ne m’aurez pas reconnue… Mais c’est moi sur la photo ci-dessus…

Comment construire un poulailler ?

plan pour construire un pulaillerVous avez deux solutions pour construire un poulailler. Vous pouvez soit fabriquer vous-même votre abri pour poules, soit opter pour un modèle de poulailler en kit.

Fabriquer soi-même son poulailler

Dans ce cas, je vous invite vivement à consulter des livres spécialisés dans l’élevage des gallinacés, car il y a certains impératifs à respecter : choix de matériaux non nocifs pour les animaux (bois, béton, parpaing), accessibilité pour le ramassage des œufs et le nettoyage, accessoires indispensables au bien-être des poules pour la ponte, la nourriture et leur sommeil. La superficie à construire est également fonction du nombre de volailles que vous pensez élever. Si vous avez un grand jardin et que vous être un bon bricoleur, vous pouvez vous lancer. Vous serez fier de votre ouvrage que vous pourrez décorer à votre guise.

Quel modèle de poulailler choisir ?

En fonction de la configuration de votre jardin ou de votre terrasse et du nombre de poules et coqs que vous souhaitez élever, il vous faudra opter pour un modèle de poulailler aux dimensions bien précises. Quant à son design, je vous laisse libre de votre choix.

Quelle taille doit avoir votre abri pour volailles ?

Idéalement, les spécialistes conseillent une surface minimum de 1 m2 par gallinacé, 2 m2 étant préférable. Vous trouverez dans le commerce 4 tailles de poulailler en kit :

Poulailler 2 poules

poulailler 2 poules

Le petit poulailler convient pour 2 poules. Il se place facilement dans un petit jardin de ville, voire sur une terrasse. Il est parfait pour ceux qui veulent se lancer en douceur dans l’élevage de poules et avoir le plaisir d’avoir quelques oeufs bios par semaine. Les enfants seront ravis de découvrir leur première basse cour. Ce type de poulailler fera de vous un véritable aviculteur amateur. Vous pourrez avoir cet abri en kit pour moins de 100€.

Poulailler 4 poules

poulailler 4 poulesLe poulailler moyen accueille 4 poules. Il vous faudra une surface de jardin d’environ 10 m2 pour que vos oiseaux s’y sentent à l’aise. Quatre poules est le nombre idéal pour une famille de 5 personnes. C’est l’un des modèles plébiscité par les débutants en aviculture. 2 ou 4 poules, le travail est le même, mais vous récolterez plus d’oeufs et pourrez vous familiariser avec différentes races de poules. Il vous en coûtera de 100€ à 200€ selon les modèles.

Poulailler 6 à 8 poules

poulailler 8 poulesLe grand poulailler correspond à un élevage de 6 à 8 poules. C’est la garantie d’avoir des œufs frais tous les jours en quantité suffisante si vous en fait grande consommation (œuf coque au petit-déjeuner, pâtisserie maison, amateur d’omelette, etc.). Ce type de poulailler doit être installé dans un grand jardin ou un terrain herbeux en ville ou la campagne. Ce poulailler coûte en moyenne de 100€ à 350€ selon les modèles.

Poulailler 8 à 12 poules

poulailler 12 poulesLe poulailler XXL peut contenir une dizaine de poules. Ça peut être l’installation idéale pour une association s’occupant d’un poulailler participatif, un pensionnat, un centre de vacances ou les propriétaires d’un gîte. Posséder de nombreuses poules permet de recycler une grande quantité de déchets ménagers (les gallinacés étant omnivores). Rapporté au nombre d’oiseaux, ce type de poulailler est relativement bon marché puisqu’il vous en coûtera en moyenne 400€.

Acheter un poulailler pas cher : Choisissez un poulailler en kit

poulailler en kit
Si vous ne vous sentez pas de construire vous-même votre poulailler, que vous habitez en ville et que vous manquez de place, par manque de temps, etc., vous avez la possibilité d’acheter un poulailler clé en main. Je vous explique dans la suite de cet article comment bien choisir la future habitation de vos poules et comment vous occuper correctement de celle-ci.

En quelle matière doit être votre poulailler ?

Il existe trois types de matériaux pour l’abri de vos poules, coqs et poussins :

Le poulailler en béton

Ce poulailler sera construit par vos soins ou un professionnel. Plutôt conseillé à la campagne sur un grand terrain, il ne sera pas déplaçable. Renseignez-vous auprès de votre mairie pour savoir quelle est la législation sur votre commune concernant les constructions en dur.

Le poulailler en bois

C’est incontestablement le poulailler le plus classique. Le bois rappelle la nature. C’est un matériau biodégradable, non toxique pour l’environnement. Vous devrez cependant vous assurez que le bois est bien traité afin qu’il ne s’abime et qu’il ne favorise pas l’apparition de maladies et la prolifération des parasites. Il devra posséder des ouvertures pratiques pour faciliter le nettoyage.

Le poulailler en plastique

Il est d’avantage conçu pour la ville. Léger, il se déplace facilement. Il est surtout très facile à nettoyer et ne sera pas sujet à la prolifération des parasites responsables de maladies. Il est un peu plus cher que les poulaillers en bois et il faut en apprécier le design. Mais ça c’est une question de goût personnel.

Quels sont les accessoires de poulailler indispensables ?

Vos animaux à plumes ont besoin d’accessoires spécifiques nécessaires à leur confort. Il s’agit de la mangeoire, de l’abreuvoir, du pondoir et du perchoir. Lors de l’achat de votre poulailler regardez bien s’il est doté d’un nichoir et d’un perchoir, ces équipements sont impératifs.

La mangeoire

mangeoire à volaille

La mangeoire dépend de ce que vous donnez à manger à vos poules. Dans tous les cas elle est indispensable pour que la nourriture ne se répande pas sur le sol, au risque de le souiller, qu’elle pourrisse ou qu’elle attire les rongeurs. Elle peut être en plastique ou en métal. Évitez le bois qui est un nid à parasites. Si vous nourrissez votre volaille aux grains, il vous faut un distributeur. Il vous sera indispensable si vous devez vous absenter quelques jours. Si vous donnez des restes de légumes à vos poules, préférez alors l’auge qui est plus vaste.

L’abreuvoir

abreuvoir pour poule

Les poules sont des animaux qui picorent à longueur de journée, et qui par conséquent ont soif. Il leur faut donc toujours de l’eau à disposition. Comme la mangeoire, l’abreuvoir a deux formes : en distributeur ou en auge, en plastique ou en inox. Le distributeur peut se suspendre, ce qui évite la contamination de l’eau. Dans tous les cas, celle-ci doit être changée très régulièrement. Sa capacité dépend du nombre de bêtes que vous possédez.

Le pondoir

pondoir

Le pondoir, également appelé nichoir, est l’élément indispensable de votre poulailler. Il vous en faut un par poule pondeuse. Pour le confort de ces dames, il sera recouvert de paille et légèrement en hauteur pour éviter les courants d’air. Il doit être facilement accessible afin de récolter les œufs sans difficulté. Certains modèles possèdent une trappe d’accès bien pratique donnant sur l’extérieur du poulailler. Le nichoir est en bois, en métal ou en plastique agrémenté ou non d’un perchoir.

Le perchoir

perchoirComme nombre d’oiseaux, les gallinacés dorment perchés. C’est un ancien instinct de survie contre d’éventuels prédateurs. Il faudra donc installer un perchoir dans votre poulailler. Il s’agit de deux barres de bois, au minimum, selon le nombre de poules. Elles viennent s’y agripper pour y dormir. Il faut compter environ 30 cm de large par poule, qui dort collée à sa voisine. Certains poulaillers équipés d’une volière propose également un perchoir dans la volière.

 

Où installer son poulailler ?

En théorie si vous êtes un particulier, vous pouvez installer votre poulailler où bon vous semble sur votre propriété, que ce soit un jardin à la campagne ou un jardinet ou une terrasse en ville. S’il s’agit d’un petit élevage de deux poules, vous ne devriez pas avoir de soucis. Mais vous savez comment sont les voisins. Mieux vaut donc anticiper leur réaction et vous renseigner quant à la législation en vigueur (voir plus bas j’aborde ce sujet) dans votre ville et consulter le règlement intérieur de votre copropriété.

Mon poulailler à la campagne

poulailler à la campagne

En général ils sont largement tolérés, la présence d’un coq n’est d’ailleurs pas considérée comme une nuisance sonore. Après, tout est question de bon sens. Vous éviterez de placer votre poulailler trop près de la clôture mitoyenne d’avec vos voisins. Les odeurs pourraient les incommoder.
Si votre terrain est bien clôturé, avec grillage pour éviter les intrusions de chiens ou de renards alléchés, vous pouvez laisser les poules en liberté dans votre jardin. Vous n’aurez alors besoin que du poulailler de base que vous installerez n’importe où et que vous pourrez même déplacer régulièrement.
Si vous n’avez pas de clôture, il faudra alors investir dans un poulailler avec enclos grillagé. Celui-ci devra être suffisamment grand pour que votre volaille puisse y être à l’aise. Il vous sera alors difficile de déplacer votre poulailler. Son emplacement doit donc être savamment pensé.

Mon poulailler en ville

poulailler en villeVous vous dites que c’est impossible, surtout si vous habitez en région parisienne. Détrompez-vous. Je vais vous parler d’un exemple très concret. Il existe une association à Saint-Denis (pas de La Réunion, bien le Saint-Denis du « 9-3 ») qui a installé deux poulaillers participatifs dans la ville. L’un non loin du Stade-de-France, l’autre au pied de la gare RER B de La Plaine, si, si allez voir ! L’association incite fortement les habitants à installer un petit poulailler chez eux. Quand les gens s’absentent, ils peuvent confier leurs poules aux poulaillers participatifs. Alors, convaincus ?
Bien sûr, en ville, vous ne pourrez pas élever plus de 2 ou 3 poules, surtout si vous n’avez qu’une terrasse. Il vous faudra surtout demander l’avis de vos voisins et vérifier le règlement intérieur. Vous éviterez d’avoir un coq, car en ville son chant matinal est rarement apprécié.

Comment nettoyer son poulailler ?

nettoyer un poulaillerL’entretien régulier de votre poulailler est indispensable pour éviter la prolifération des bactéries et des parasites. Il en va de la bonne santé de vos poules. Il faut également vérifier l’état de la clôture qui protège vos bêtes des chiens et des renards et la réparer si besoin.

Voici comment procéder au nettoyage complet du poulailler :

Plusieurs fois par semaine : nettoyer et désinfectez la mangeoire et l’abreuvoir, comme vous le faites pour votre propre vaisselle. Enlevez les fientes qui se trouveraient sur le perchoir et le réceptacle à déjections et désinfecter ces accessoires. Cette opération est très importante l’hiver quand les poules passent la plus grande partie de leur temps à l’intérieur du poulailler.

Une fois par semaine : enlever la partie supérieure de la paille qui est au sol et dans les nichoirs afin de se débarrasser des déjections. Remettez de la paille propre.

Une fois par an, un peu avant l’hiver : procéder au grand nettoyage annuel. Il faut entièrement débarrasser le poulailler de sa paille et enlever tout ce qui s’y trouve. Il faut gratter toutes les fientes, puis le lessiver de fond en comble en le traitant avec des produits bios antiparasites et désinfectants. Cela évitera que le poulailler soit envahi de puces, poux, tiques, etc. et que des bactéries et levures y prolifèrent.

Combien peut-on avoir de poules ?

Le nombre de poules dans votre élevage dépendra avant tout de la place que vous pourrez leur offrir. Sachant que chaque animal doit disposer d’un mètre carré minimum, idéalement deux, le calcul est rapide. Ensuite tout dépend du type d’élevage que vous envisagez : particulier ou professionnel.

La surface consacrée aux poules

En ville, sur un balcon ou une terrasse, vous pourrez difficilement avoir plus de deux poules. Mais la quantité d’œufs que vous obtiendrez est amplement suffisante pour une famille de quatre personnes. L’idéal serait d’installer un poulailler avec abri et nichoir en haut et espace grillagé en-dessous. Vos poules auront ainsi un maximum d’espace sur une surface minimale au sol.
Dès que vous possédez un petit jardin de ville, vous pouvez tout à fait installer un poulailler de quatre bêtes. Attention, vous risquez de crouler sous les œufs et d’être obligé de manger des crêpes à chaque repas ! Vous pouvez aussi offrir quelques œufs à vos voisins, qui apprécieront le geste et n’oseront pas dire que le poulailler les dérange.
À la campagne, le nombre de poules peut aisément monter à 10, voire à une vingtaine si vous avez la place pour les accueillir. Il vous faut alors une surface de terrain d’au minimum 10 mètres carré. Si vous possédez un très vaste terrain, je vous conseille d’en dédier une partie à votre basse-cour dans un enclos grillagé, afin que vos bêtes ne viennent pas picorer vos jolis massifs fleuris.
Vous pouvez aussi envisager d’avoir un élevage de poussins. Dans ce cas, vous devrez investir dans un chauffage pour poulailler. Il est constitué d’ampoules à chaleur qui réchauffent l’abri. Les poussins ont en effet besoin d’une température de 32 degrés pour bien se développer.

élever des poussins

Élevage pour particulier ou pour professionnel ?

Si vous êtes un particulier, vous ne pouvez pas faire commerce des œufs de vos poules, ni de vos poulets. Ne voyez donc pas trop grand si vous ne savez pas comment écouler vos œufs. Mais sachez que vous avez le droit de posséder jusqu’à 50 poules.
À partir du moment où vous voudrez vendre vos œufs, vos poules et poulets, vous devrez avoir les autorisations nécessaires à ce commerce, même si vous n’avez que quelques têtes. Votre poulailler devra respecter des normes plus drastiques que ceux des particuliers. À partir de 50 poules, vous serez d’office considéré comme un éleveur professionnel.

Que donner à manger à ses poules ?

Les poules vous nourriront en vous offrant leurs œufs. Mais il faudra en retour vous aussi les nourrir. En effet, elles ne se contentent pas des vers de terre picorés dans le jardin, ni des insectes dont elles vous débarrassent. Les poules font partie des animaux omnivores. Elles mangent aussi bien les petits animaux comme les escargots, que les épluchures de légumes, ainsi que toutes sortes de graines.

Nourrir ses poules avec les déchets ménagers

Un élevage de poules ne vous coûtera quasiment rien en alimentation pour animaux, si vous utilisez vos déchets ménagers pour les nourrir. Vous qui êtes convaincu qu’il faut réduire ses déchets pour préserver l’environnement, je ne sais pas ; mais en moyenne, une personne produit environ 400 kg de déchets par an. Parmi ces déchets, on trouve beaucoup d’épluchures de légumes, du pain rassis, des coquilles d’œufs et des restes de repas. Chaque poule en consomme plus de 120 kg par an. C’est donc une très bonne solution pour recycler ses déchets ménagers et préserver notre belle mais si fragile planète.
N’oubliez jamais de fournir de l’eau à vos poules afin qu’elles soient toujours correctement hydratées.

Nourrir ses poules aux grains

Si vous possédez beaucoup de poules, vos déchets ménagers ne seront peut-être pas suffisants pour les nourrir toutes. Vous pourrez alors leur donner un mélange de graines de céréales (maïs, avoine, pois, soja, lin, tournesol, colza, etc.) et d’herbes. Vous trouverez des mélanges tout faits dans le commerce, en fonction du type de poules que vous élevez (pondeuses, bios, d’ornement, poussins, etc.).

Si nécessaire, il vous faudra peut-être compléter l’alimentation de vos poules avec un fortifiant alimentaire à diluer dans leur eau.

Comment prévenir les maladies ?

Comme tous les êtres vivants, vos poules sont sujettes aux maladies. Plutôt que de les guérir, il vaut mieux les prévenir. Je vous l’ai dit plus haut, le nettoyage régulier du poulailler est indispensable. Cependant, il est important de connaître les différentes maladies, comment les soigner et empêcher les contagions entre animaux.

maladies des poules

Les maladies parasitaires

Comme leurs noms l’indiquent, ces maladies sont dues à des parasites :

  • les vers (issus des pontes de mouches en général),
  • les coccidies (organismes unicellulaires vivant dans les intestins qui se développent en cas de fatigue des bêtes),
  • les acariens (responsables des gales de pattes ou de peau) ou les parasites de peau que sont les poux, les tiques et les puces.

Je vous fais grâce du nom de toutes ces maladies se terminant en –ose. Vous les retrouverez très facilement sur le net sur des sites de vétérinaires spécialisés dans les gallinacés. Pour s’en prémunir, il faut nettoyer et désinfecter régulièrement votre poulailler. Oui je vous l’ai déjà dit, et vous le redirai encore si besoin, car la santé de vos poules est à ce prix.

Les maladies bactériennes

Les maladies bactériennes, autrement appelées maladies respiratoires complexes (MRC), provoquent des rhumes et des infections du système respiratoire. Elles sont souvent contagieuses et se soignent par des antibiotiques quand elles sont détectées à temps.
Pour éviter que les poules ne soient contaminées, il faut respecter des règles d’hygiène de base : se laver les mains avant et après vous êtes occupées de vos poules, désinfecter vos chaussures en entrant et en sortant de votre poulailler, en installant un pédiluve et protéger vos poules des oiseaux sauvages.

Les maladies virales

Provoquées par des virus, beaucoup de ces maladies sont évitées grâce à la vaccination. Elle est obligatoire en France. Si vous élevez des poussins, il faudra les vacciner dès leur naissance, voire in ovo (quand ils sont encore dans l’œuf). Contrairement aux maladies bactériennes, les maladies virales ne se soignent pas avec des antibiotiques. Si vos bêtes sont peu atteintes, on peut augmenter l’apport vitaminique pour doper leurs défenses immunitaires. La tristement célèbre grippe aviaire due au virus H5N1 fait partie de ces maladies.

La législation

Avant de vous lancer dans la construction de votre poulailler, il vous faudra vous conformer au PLU, le Plan Local d’Urbanisme, consultable dans votre mairie. Je ne reviens pas sur le fait qu’un particulier n’a pas le droit de vendre ses œufs et qu’au-delà de 50 bêtes, vous êtes considéré comme un professionnel. Vous devrez également déclarer aux instances compétentes certaines maladies de vos oiseaux.

Se conformer au PLU

Chaque mairie établit un Plan Local d’Urbanisme, qui varie d’une ville à l’autre. Concernant les poulaillers, en général il n’y a pas de déclaration à faire s’il occupe moins de 5 m2 au sol. Entre 5 et 20 m2, il faut faire une déclaration préalable en mairie. Au-delà de 20 m2, vous devrez demander un permis de construire. Dans tous les cas, vous devrez déclarer que vous détenez des poules afin de mettre en place une protection efficace et rapide contre les maladies contagieuses.
Dans certaines villes, vous ne pourrez pas avoir de poulailler du tout, alors que d’autres, comme Saint-Denis, vous y incitent.

Déclaration sanitaire des maladies

Certaines maladies sont très contagieuses et imposent l’élimination de tout un élevage. Pour éviter la propagation des maladies, vous devrez systématiquement déclarer tout signe suspect aux autorités compétentes. C’est le cas pour la grippe aviaire, ou influenza aviaire, qui est mortelle pour les oiseaux.

Je pense avoir fait le tour de tout ce que vous devez savoir pour bien démarrer un élevage de poules dans un poulailler construit par vos soins ou un poulailler en kit. Si comme moi, vous voulez manger de bons œufs bios dans le respect et le bien-être des oiseaux, n’attendez plus. Précipitez-vous sur le PLU de votre mairie et débutez votre élevage en ville ou à la campagne.

Installer un poulailler chez soi : Le mode d’emploi complet
4.8 (96%) 5 votes

Article rédigé avec beaucoup d'attention par

Lea Noreand

Lea Noreand

Diplômée de l'U.F.R Dijon, j'ai grandi et j'habite toujours à la campagne en Bourgogne. Passionnée de jardinage et de bricolage en tout genre, j'ai la chance d'être une jeune maman au foyer et de pouvoir m'occuper de Bricolea. Je vous partage des comparatifs de produits, mais aussi des articles d'actualités qui je l'espère vous seront utiles.

2 Commentaires

  • Maintenant ne reste plus qu’à trouver les poulettes ! Le poulailler est fin prêt ! Merci pour toutes les infos indispensables … Les enfants ont adoré les conseils ! Super pour responsabiliser les loulous !

Les Meilleures Promos Brico / JardinJe veux voir !
+ +