Jardinage

Bien choisir son système d’arrosage avant de partir en vacances

Julie
Rédigé par Julie

Pour partir en vacances en toute sérénité et retrouver un jardin et un potager en bonne santé, il convient de choisir un système d’arrosage automatique spécifique aux besoins de vos plantations et parfaitement adapté à votre terrain.

Avant toute installation

Pour être efficace et préserver votre jardin du manque d’eau durant votre absence, le système d’arrosage automatique doit s’accompagner de quelques petites actions préventives visant à préparer les végétaux à bien résister à des températures extrêmement chaudes.

Avant le départ, il convient de désherber autour de vos plantes. En effet, les mauvaises herbes boivent beaucoup, en les ôtant, vous offrez donc plus d’eau à vos propres végétaux. De plus, pour faciliter l’absorption de l’eau par la terre, il faut casser la croûte qui s’est formée autour des plantes, l’infiltration est alors facilitée.

Pour préserver un sol humide et réduire efficacement l’évaporation, vous pouvez recouvrir la terre d’une couche de paille de plusieurs centimètres. Pour les plantes, il est possible d’utiliser diverses matières naturelles ou synthétiques comme de l’écorce de pin, l’herbe de la tonte ou encore du carton ou du papier journal. Pour le potager on trouve des toiles en jute ou en fibre de coco.

Pour préserver la santé des plantes vivaces telles que les géraniums, il faut prendre soin de les rabattre, c’est à dire de couper les fleurs fanées à environ 10 cm de leur base. Le fait de couper ces fleurs mortes permettent de favoriser la naissance de nouveaux boutons, celles-ci peuvent ensuite être étalées au pied des plantes. Les fleurs en phase de formation et les boutons doivent également être supprimées de manière à bien préparer la plante à résister à une éventuelle période de chaleur intense.

Pour tous les végétaux en pots, il est important de les déplacer pour leur offrir une place ombragée et à l’abri du vent.

Bien sûr, le dernier arrosage manuel avant le départ doit être soigneusement et copieusement réalisé.

Définir ses critères de choix

Beaucoup d’éléments doivent être pris en compte avant d’arrêter son choix sur un système d’arrosage automatique, les besoins en eau de ses végétaux et la météo à venir mais également les différentes arrivées d’eau présentes dans le jardin et les prises électriques.

Le premier critère à analyser est la nature du sol. Un sol sableux ne détient aucune capacité à retenir l’eau tandis qu’un sol limoneux, caractérisé par une terre à l’aspect poudreux, a de très bonnes capacités de rétention d’eau. Une terre argileuse manifeste un long écoulement de l’eau, ses capacités de rétention sont également importantes.

Une fois la nature de votre sol identifiée, il convient de recouper cette information avec les besoins en eau de vos végétaux. Dans un ordre décroissant, ce sont les jeunes arbres fraîchement plantés qui nécessitent les plus grandes quantités d’eau, viennent ensuite le potager, les haies, les arbustes, les plantes fleuries et enfin la pelouse. À noter que les arbres adultes en bonne santé et présents dans votre jardin depuis plusieurs années se contentent de l’arrosage naturel offert par le climat.

Un autre élément est important pour aiguiller votre choix, la pression de vos arrivées d’eau. Il est possible de la mesurer à l’aide d’un manomètre. À savoir qu’une mesure normale affiche entre 2 et 3 bars. De même, la mesure de la capacité dispensée par votre arrivée d’eau peut également participer au choix de votre future installation. Pour obtenir ce résultat, il faut le calculer seul à l’aide d’un simple produit en croix.

Comment calculer son débit d’eau ?

Choisissez un arrosoir quelconque et notez sa contenance, ouvrez votre arrivée d’eau au maximum et comptabilisez le nombre de secondes qu’il faut pour remplir l’arrosoir. Il ne vous reste plus qu’à calculer : un arrosoir de 10 L rempli en 60 secondes, combien de litres peut on remplir en 1 heure ? (10*3600)/60 nous obtenons une capacité de 600 L par heure.

D’autres informations participent au choix du système d’arrosage automatique idéal, la durée de vos vacances, la surface d’arrosage à couvrir, vos capacités à installer ce nouveau matériel et enfin votre budget.

Les différents systèmes d’arrosage automatique

Les arroseurs mobiles

Il s’agit de l’installation la plus simple à mettre en oeuvre. Il suffit de raccorder l’arroseur mobile à un tuyau d’arrosage et à un programmateur pour bénéficier d’un arrosage sous forme de pluie. C’est le système idéal pour couvrir les besoins en eau d’une pelouse, d’une surface de semis ou encore d’un massif fleuri. Cette installation consomme une grande quantité d’eau, en prenant en compte les mesures de pression calculées au préalable, il peut être intéressant de prévoir un régulateur au niveau de l’arrivée d’eau.

Les arroseurs mobiles se déclinent sous de nombreux modèles.

Les arroseurs fixes sont destinés à arroser de petites surfaces de moins de 70 m2, la pression du jet est réglable selon la surface que l’on souhaite traiter et la forme que l’on souhaite appliquer au jet. Ce type d’installation convient à des massifs ou des parterres de fleurs et ne nécessite pas une pression importante. Selon les modèles, l’arroseur automatique fixe peut être installé sur le sol ou piqué dans la terre.

Les arroseurs rotatifs se composent de plusieurs bras qui tournent sur eux-mêmes grâce à la pression exercée par l’eau. Parmi les différents modèles, il est possible d’en choisir un qui offre un système de réglage pour définir une zone précise à arroser. Ce système d’arrosage nécessite une pression minimum de 1.5 bars pour son installation et peut être piqué dans la terre, installé directement sur le sol ou sur un trépied. La surface arrosée peut atteindre 300 m2, les pelouses et massifs trouvent ici un système d’arrosage parfaitement adapté.

Les arroseurs équipés d’une rampe oscillante recouvertes de nombreux petits trous permettent de diffuser l’eau en hauteur et en éventail de manière à arroser de grandes surfaces carrées et rectangulaires. Ces arroseurs oscillants sont idéals pour les pelouses et les potagers, ils peuvent couvrir une surface s’étalant jusqu’à 700 m2. Cette installation nécessite 2 bars de pression et peut être déposée sur un trépied ou à même le sol.

Les arroseurs canon ont la particularité d’assurer un jet saccadé de manière à arroser de vastes surfaces (jusqu’à 700 m2) de manière circulaire. L’angle d’arrosage varie de 25 à 360° grâce à la présence de butées. À noter que ce système d’arrosage ne convient pas du tout à des massifs fleuris, la puissance du jet risque de les endommager. Un arrosage sous forme de pluie fine est possible en installant un brise-jet. Certains modèles sont plus silencieux que d’autres, c’est le cas des arroseurs canon à turbine. C’est donc principalement pour les pelouses que ce système s’avère intéressant, les arbustes peuvent également en profiter. Pour cette installation à poser sur un trépied ou directement sur le sol, la pression minimum imposée est de 3 bars.

Les kits arrosage automatique prêts à installer

Très simple à mettre en oeuvre, ces kits sont complets et parfaitement conçus pour arroser de petites surfaces telles qu’une terrasse ou un potager. Ce système d’arrosage est très accessible et très pratique pour les propriétaires de petits jardins.

Les kits goutte-à-goutte

Cette installation s’avère plus élaborée que la précédente. Potager, serre ou petit jardin composés de moins de 10 arbustes ou plantes trouvent une système d’arrosage adapté, avec un débit imposé de 2 à 4 L par heure, assuré par un simple raccordement à l’arrivée d’eau du jardin. Posée sur le sol ou piquée dans la terre, cette installation nécessite une pression 1.5 bars.

Les arrosoirs automatiques

Cette installation s’adresse aux jardiniers qui ne disposent pas d’arrivée d’eau dans leur jardin. Ici le système de goutte-à-goutte est assuré par une pompe qui récupère l’eau dans un récipient quelconque tel qu’un récupérateur d’eau de pluie. Certains modèles sont vendus avec un réservoir spécifiques et d’autres non. Avec un débit de 2 L par heure, ce système d’arrosage permet d’arroser des plantes en pots dans un petit jardin non équipé de robinets.

Les système d’arrosage automatiques à monter

Il s’agit de systèmes plus élaborés, modulables et programmables, destinés à arroser de moyennes et grandes surfaces. L’objectif est d’aboutir à un véritable réseau de tuyaux qui permette de raccorder différents embouts ou petits tuyaux de manière à dispenser un arrosage précis au pied des plantes. Un programmateur assure le déclenchement et la durée de l’arrosage prédéfinis au préalable.

Puisqu’il s’agit d’un arrosage dispensé au pied des plantes, il doit s’effectuer à basse pression. Pour cela, la présence d’un régulateur de pression peut s’imposer.

Ce sont des embouts ou des tuyaux qui permettent de diffuser l’eau au pied de la plante, on distingue parmi eux :

  • les goutteurs qui doivent être placés au plus près des végétaux pour permettre un arrosage au goutte-à-goutte. Vous avez le choix entre des goutteurs fixes, auto-régulants ou réglables pour arroser tous types de végétaux, des arbustes aux semis du potager. Ces goutteurs imposent un débit d’eau de 20 L par heure et une pression de 1.5 bars.
  • les brumisateurs sont conçus pour arroser les buissons et les massifs fleuris. Ils diffusent un petit jet d’eau tel une pluie fine au pied des plantes sur une surface pouvant couvrir de 1 à 3 m. Ce procédé d’arrosage permet d’arroser les végétaux sans mouiller les feuilles et les fleurs et offre plusieurs formes de jets. Pour bénéficier d’un arrosage diffusé par cet embout, vous devez détenir un débit de 45 L par heure et une pression de 1.5 bars minimum.
  • Les tuyaux poreux permettent d’alimenter les cultures en lignes serrées. Branchés directement sur une arrivée d’eau, ils laissent l’eau suinter. Ces tuyaux en caoutchouc peuvent être posés sur le sol ou enterrés, ils ne nécessitent qu’une faible pression.
  • Les tuyaux à goutteurs intégrés sont élaborés en PVC et renferment des goutteurs positionnés à des intervalles réguliers. Posés sur le sol, ces tuyaux permettent d’arroser les haies ou les cultures en lignes espacées. Un débit de 4 L par heure et une pression normale située entre 1 et 2 bars s’imposent pour un fonctionnement optimal.

L’arrosage enterré

Ce système d’arrosage automatique représente des travaux importants. Il s’installe généralement lors de la conception du jardin ou à l’occasion de travaux. Il s’agit d’un système avantageux du point de vue esthétique puisqu’il ne laisse apparaître que des arroseurs escamotables et seulement durant la séance d’arrosage.

La réalisation de ce projet passe par l’intervention d’un professionnel de par sa complexité et son coût. En étudiant votre terrain, en réalisant un plan et en tenant compte de la capacité du réseau, l’expert pourra établir un devis qui prendra en compte les nombreux accessoires et matériaux nécessaires à la réalisation de cette installation (programmateur, électrovannes et arroseurs escamotables). Avant de pouvoir bénéficier de ce système d’arrosage automatique, il faut creuser les tranchées pour y loger les tuyaux puis réaliser tous les branchements.

Différents types d’arroseurs escamotables

Selon les plantes et le type d’arrosage que l’on souhaite diffuser, plusieurs types d’arroseurs escamotables se présentent.

Les petites pelouses et petits massifs fleuris apprécient les tuyères qui dispensent un arrosage sous forme de pluie fine couvrant une surface circulaire de 1 à 5 m de diamètre.

Les turbines sont également idéales pour les pelouses grâce à leur jet puissant et circulaire couvrant une surface de 5 à 15 m.

Les turbines à jets multiples assurent un arrosage parfaitement homogène jusqu’à 8 m autour du jet.

Les arroseurs escamotables oscillants diffusent l’eau en hauteur et en éventail en couvrant jusqu’à 140 m2 de surface.

Les différents accessoires intervenant dans l’installation d’un système d’arrosage automatique

Les programmateurs

Ce sont eux qui sont garants du fonctionnement autonome des systèmes d’arrosage automatiques. Il existe différents modèles dont le fonctionnement diffère.

Le programmateur électronique fonctionne avec des piles, il offre la possibilité de définir la durée d’arrosage, l’heure à laquelle ce dernier doit s’enclencher et la fréquence à laquelle il doit fonctionner. Leur utilisation est simplifiée par la présence d’un programme prédéfini. Il est possible d’en trouver qui fonctionnent à l’énergie solaire.

Le programmateur multi-voies est raccordé au secteur, il lui est possible de gérer plusieurs circuits d’arrosage spécifiques en simultané sur une seule arrivée d’eau.

Des sondes et des pluviomètres électroniques peuvent être reliés aux programmateurs pour que ces derniers soient en mesure d’interrompre l’arrosage dans le cas d’un sol humide ou en cas de pluie.

Toujours dans un but économique permis par un arrosage automatique intelligent, il est possible de se procurer des testeurs multi-fonctions aptes à mesurer différents paramètres tels que la température du sol ou le taux d’humidité pour stopper un arrosage inutile.

Les récupérateurs d’eau de pluie

Reliés à une pompe et à un kit d’arrosage, les récupérateurs d’eau de pluie peuvent assurer un arrosage autonome sans gaspiller d’eau potable. Ces grands récipients se raccordent à des gouttières de manière à récupérer de grosses quantités d’eau. De nombreux modèles de conceptions et de formes différentes sont disponibles dans des magasins spécialisés.

Les cuves à enterrer

Les cuves à enterrer sont également raccordées aux gouttières pour récupérer de plus importantes quantités d’eau de pluie. Elles peuvent stocker jusqu’à 9000 L contre 2000 L pour les récupérateurs d’eau classiques. Le recours à un professionnel pour réaliser cette installation plutôt complexe permet de bénéficier d’un crédit d’impôt puisqu’elle s’inscrit dans une démarche écologique.

Les pompes d’arrosage

Si vous optez pour un arrosage assuré par une réserve d’eau, l’installation d’une pompe spécifique est nécessaire.

Les pompes de surface sont les plus accessibles et les plus faciles à installer. Elles doivent être placées au dessus du point d’eau dans un endroit aéré et à l’abri de l’humidité.

Les pompes immergées sont plus résistantes et plus silencieuses. Elles peuvent être installées à l’extérieur où elles résisteront parfaitement aux aléas climatiques. Elles sont idéales pour récupérer l’eau d’un puits puisque capables d’assurer leur rôle jusqu’à 100 m de profondeur.

Bien choisir son système d’arrosage avant de partir en vacances
5 (100%) 4 votes

Article rédigé avec beaucoup d'attention par

Julie

Julie

Je suis Julie et j'adore tout ce qui est DIY comme disent les américains. Le Do It Yourself c'est "faites le vous même" en Français. La bricole et la récup c'est mon truc. Gros bisoux à vous cher lecteur qui êtes arrivé jusqu'a ma petite bio.

Laisser un commentaire

Soldes MONSTRES Jusqu'à -60% Brico / JardinJe veux voir !
+ +