Le récupérateur d’eau de pluie, une solution pour les factures élevées

Chaque fin du mois, nombreux sont les ménages qui doivent faire face à une facture d’eau très salée. Face à cet état de choses, récupérer l’eau de pluie en vue d’une utilisation ultérieure est une solution permettant de faire des économies. De plus, vous y gagnerez en autonomie.
Voici par exemple un récupérateur de pluie pas cher avec une installation facile :
recuperateur-pluie
il est disponible chez Priceminister à un prix vraiment pas cher si en plus vous utilisez un code promo priceminister dispo sur le site lafemis.fr vous allez pouvoir obtenir une réduction supplémentaire alors pourquoi s’en priver.

Qu’est-ce qu’un récupérateur d’eau de pluie ?

Après chaque pluie, une grande quantité d’eau tombe et va au sol. Et pourtant, elle aurait pu servir à économiser l’utilisation de l’eau de ville sur la lessive, la vaisselle et autres. A cet effet, le récupérateur est comme son nom l’indique une installation qui permet de canaliser les eaux pluviales. Pour ce faire, les descentes de gouttières sont reliées à une cuve représentant le récipient de stockage.
Le système est installé avec plusieurs options. Outre les deux filtres (crapaudine et filtre-décanteur) placés pour assainir l’eau, une filtration spécifique doit être ajoutée au groupe pour faire la lessive. Il s’agit de celle utilisant du charbon actif ou un traitement UV. Chaque fois, un compteur vous permettra de connaitre la quantité d’eau utilisée.

Les différentes réglementations à respecter

Selon l’arrêté ministériel du 21 août 2008, l’utilisation d’un système de récupération d’eau pluviale est soumise à de nombreux règlements. Bien avant l’achat du système, la mairie doit être informée au moyen d’une déclaration préalable. Une autre déclaration ainsi qu’une redevance sont demandées si vous désirez utiliser le réseau public d’assainissement.
Pendant l’installation, le réseau de distribution dans lequel l’eau recueillie circulera doit être différent et isolé du circuit utilisé pour l’eau potable. De plus, le système sera muni d’un processus de filtration permettant de rendre cette eau de pluie utilisable. Quant aux points de consommation, ils doivent être démarqués des autres par la mention « eau non potable ». Cette dernière sera suivie par un pictogramme explicite pour éviter toute confusion.
Après l’installation, le récupérateur doit faire l’objet d’un entretien tous les ans. A cet effet, des agents du service des eaux sont chargé de s’assurer que le carnet sanitaire a été tenu à jour. Ce dernier mentionnera si vous avez vidé et désinfecté votre cuve et vos filtres ont été nettoyés. Par ailleurs, l’eau stockée dans un récupérateur ne peut être utilisée pour cuire les aliments ou se doucher.

Utilisation de l’eau récupérée et choix du matériel

De nombreux systèmes de récupération d’eau pluviale sont disponibles sur le marché. En effet, les modèles sont proposés suivant la quantité d’eau à recueillir et l’usage à en faire. Pour une utilisation spécifique, vous pouvez opter pour une contenance allant de 100 à 500 L. La cuve en question, installée à l’extérieur, sera alors directement reliée à une des gouttières de la toiture.
L’eau pourra ensuite servir à arroser le jardin, laver la voiture, le vélo et autres. Elle permettra à un foyer de 4 personnes, utilisant entre 150 et 200 litres par jour, d’économiser sur la consommation d’eau potable. Cette économie peut aller jusqu’à une somme annuelle de 300 €.